La fédération sectorielle FEBEG demande plus de nuances au sujet des prix de l’énergie

La fédération sectorielle FEBEG demande plus de nuances au sujet des prix de l’énergie
  • 24.05.2022
  • Kurt Deman
  • 4 min

La FEBEG (Fédération belge des entreprises électriques et gazières) demande plus de nuances au niveau de la communication au sujet des prix de l’énergie. Suite à la crise des prix sans précédent, l’énergie domine l’actualité depuis plusieurs mois. La FEBEG peut comprendre cela, «mais la presse et le grand public sont-ils suffisamment capables d’interpréter correctement les prix et leur évolution? Les régulateurs fournissent-ils suffisamment d’explications dans leur communication?»

La FEBEG invite également les régulateurs à revoir leur méthodologie pour estimer les prix de vente. «Actuellement, les prix sont extrêmement sensibles à la forte volatilité sur les marchés de gros. Il s’agit de prix mensuels qui sont convertis en un décompte annuel artificiellement estimé.»

 

Les tarifs variables

Ainsi, la FEBEG se réfère au calcul des prix de l’énergie selon la méthodologie de la CREG (le Régulateur fédéral de l’énergie dans notre pays). Elle est basée sur les coûts annuels estimés, avec comme point de départ la dernière valeur connue des paramètres d’indexation utilisés.

La VREG (le Régulateur flamand de l’énergie) se base sur de futures valeurs pour estimer les tarifs variables. Cette méthodologie est également basée sur les coûts annuels estimés, mais ici, le prix sur le marché à terme constitue le point de départ.

Pour l’instant, les fournisseurs d’énergie appliquent uniquement la méthode de la CREG de manière uniforme sur leurs fiches tarifaires. Dès lors, la FEBEG lance un appel aux régulateurs pour qu’ils revoient leur méthodologie pour estimer les prix de vente de manière coordonnée, en tenant compte de la méthode des prix à terme.

 

Comparer les tarifs variables via Monenergie.be

A part la méthode de comparaison standard recommandée par la CREG, Mon Energie vous permet également de comparer des contrats variables sur base de futures valeurs. Cette méthodologie, lancée par le Régulateur flamand de l’énergie (VREG), se base également sur les coûts annuels estimés, mais ici, le prix sur le marché à terme constitue le point de départ.

Toute méthodologie pour calculer les prix variables constitue une estimation indicative. Malheureusement, il est impossible de déterminer avec 100% de précision le montant exact que vous devrez payer à la fin de l’année contractuelle. Toutefois, ces 2 méthodes créent une base de comparaison objective. Le grand avantage de la méthodologie standard: elle est appliquée de manière uniforme aussi bien par le Régulateur fédéral de l’énergie CREG que par les fournisseurs d’énergie.

 

L’inflation

Peu importe la méthode, la FEBEG veut souligner qu’il s’agit à chaque fois d’une estimation qui dépend de nombreux facteurs. «Personne ne dispose d’une boule de cristal.» Dès lors, une communication sans nuances peut avoir des conséquences néfastes: «Elle pourrait créer une image déformée de l’inflation. Les consommateurs s’inquiètent et les politiciens s’emportent parfois. Ce type de communication met beaucoup de pression sur les fournisseurs et leurs centres d’appels.»

Monenergie.be s’engage à communiquer de manière nuancée au sujet du marché de l’énergie, en proposant entre autres les différentes méthodes de comparaison.

Comparez ici les tarifs des différents acteurs sur le marché.