La vente des chauffe-eau solaires baisse de 15-25% sur base annuelle: «Pourtant, le potentiel d’économies est plus considérable que jamais.»

La vente des chauffe-eau solaires baisse de 15-25% sur base annuelle: «Pourtant, le potentiel d’économies est plus considérable que jamais.»
  • 16.02.2022
  • Kurt Deman
  • 4 min

En parlant d’énergie solaire, on pense immédiatement aux panneaux solaires. Le chauffe-eau solaire qui utilise l’énergie du soleil pour chauffer l’eau sanitaire, est nettement moins populaire. Ceci se traduit également par la baisse annuelle du nombre de nouvelles installations. Ceci n’est pas justifié, selon Wim Persoons, président de la fédération sectorielle Belsolar. «Avec un chauffe-eau solaire, vous êtes nettement moins exposé(e) aux fluctuations des prix de l’énergie en vue de chauffer votre eau sanitaire.»

Belsolar estime que plus de 2.000 chauffe-eau solaires ont été installés en Belgique en 2021. «Les 10 dernières années, ce nombre n’a cessé de baisser,» selon Wim Persoons. Il estime que le gouvernement se focalise trop sur les panneaux solaires et les pompes à chaleur comme sources d’énergie renouvelable actuellement. «Bien entendu, il s’agit d’un choix intelligent,» explique-t-il. «Mais le chauffe-eau solaire offre aux consommateurs un potentiel d’économies tout aussi intéressant.»

 

Comment fonctionne un chauffe-eau solaire?

Un système de chauffe-eau solaire comprend des collecteurs et un réservoir de stockage (chauffe-eau). Vous pouvez placer les collecteurs solaires sur la toiture, la façade ou le sol. Ils captent la lumière du soleil et utilisent l’énergie générée pour chauffer le liquide qui traverse les collecteurs. Ce liquide réchauffé se dirige vers le réservoir de stockage, où il transmet sa chaleur à l’eau sanitaire via un échangeur de chaleur. L’eau n’est pas encore assez chaude? Dans ce cas, la chaudière ou un élément chauffant électrique fournira la chaleur supplémentaire.

 

Le rendement et le potentiel d’économies

Selon Wim Persoons, une petite pompe avec une consommation annuelle de 50 kWh suffit pour générer environ 2.000 – 2.500 kWh d’énergie sur base annuelle. «Etant donné qu’un ménage de 4 personnes consomme en moyenne environ 3.000 kWh pour chauffer son eau sanitaire, un chauffe-eau solaire constitue déjà une bonne solution.» Wim Persoons estime que les propriétaires d’une chaudière au gaz naturel peuvent économiser 300-350 euros sur base annuelle; pour les ménages disposant d’un chauffe-eau électrique, il peut même s’agir de 1.000 euros!

Le président de la fédération y ajoute que lorsqu’un chauffe-eau solaire assure l’approvisionnement en eau chaude, la chaudière ne doit même plus du tout fonctionner durant la fin du printemps et en été. «Ceci prolongera la durée de vie de votre chaudière et vous permettra donc d’économiser.»

 

Quel est le prix d’achat?

«Aujourd’hui, une installation moyenne compte au moins 5m² de collecteurs solaires, en général. Si je reprends dans mes calculs les prix plus élevés des matériaux sur le marché mondial, le coût global s’élève à 6.000 euros environ.»

Et si le soleil ne brille pas?

D’après Wim Persoons, l’idée selon laquelle le soleil brillerait trop peu dans notre pays pour rentabiliser cet investissement, constitue un des plus grands malentendus au sujet des chauffe-eau solaires. «Un système de chauffe-eau solaire fonctionne non seulement via la chaleur, mais également via la lumière du soleil. Même à travers une couverture nuageuse dense, de puissants rayons de soleil peuvent souvent percer. Le chauffe-eau solaire est donc également rentable en hiver. Même au cas où il n’y aurait pas assez de soleil, vous ne manquerez pas d’eau chaude. Dans ce cas, votre chaudière chauffera l’eau jusqu’à obtention de la température souhaitée.»

 

Pourquoi les chauffe-eau solaires sont-ils de moins en moins populaires?

En plus du fait que le gouvernement se focalise surtout sur les panneaux solaires, Wim Persoons souligne l’intérêt décroissant de nombreux installateurs. «Trop peu de consommateurs connaissent les avantages liés au chauffe-eau solaire. Les installateurs se concentrent sur les activités les plus populaires telles que les chaudières et les pompes à chaleur. Bien entendu, ceci crée un cercle vicieux selon lequel le chauffe-eau solaire reste dans l’anonymat, ce qui n’est pas du tout justifié. Toutefois, nous remarquons un tournant progressif: au mois de janvier, nous avions déjà enregistré nettement plus de demandes qu’il y a 1 an. Les factures énergétiques élevées semblent donc amener les consommateurs à redécouvrir le chauffe-eau solaire comme source de chauffage durable et économique.»