Home > Blog > Le marché de l'énergie > Le tarif prosumer: la Wallonie et Bruxelles versus la Flandre

Le tarif prosumer: la Wallonie et Bruxelles versus la Flandre

Le tarif prosumer: la Wallonie et Bruxelles versus la Flandre

Quel est le tarif prosumer? La réponse à cette question diffère en fonction de votre domicile. Monenergie.be a consulté la réglementation en la matière.

Le tarif prosumer en Wallonie: forfaitaire ou proportionnel

L’introduction du tarif prosumer en Wallonie ressemble à un feuilleton politique, en quelque sorte. Après plusieurs reports, le gouvernement wallon est parvenu à un accord. Le tarif prosumer entrera en vigueur le 1er octobre 2020. Le gouvernement wallon prévoit des mesures d’accompagnement. En première instance, les prosumers recevront une compensation de 100% du tarif prosumer pour l’énergie produite qu’ils n’auront pas consommée eux-mêmes. A partir de 2022, cette compensation ne s’élèvera plus qu’à 54%. A partir de 2024, les propriétaires de panneaux solaires devraient pouvoir revendre leur électricité non consommée, suite à quoi la compensation du gouvernement wallon sera supprimée.

2 modèles tarifaires

En vue du calcul du tarif prosumer, les prosumers wallons doivent choisir entre un tarif forfaitaire et un tarif proportionnel. Le tarif forfaitaire dépend de la capacité maximale de l’installation photovoltaïque et est fort similaire au tarif prosumer que la Flandre appliquera encore jusqu’à la fin de cette année-ci. Le tarif proportionnel est calculé sur base de l’électricité que le prosumer retire effectivement du réseau. Plus vous consommez d’énergie, plus vous devez payer. Ceci encourage les propriétaires de panneaux solaires à consommer de l’énergie lorsque leurs panneaux solaires la produisent. Ce modèle est donc fort similaire au nouveau régime que la Flandre introduira à partir de 2021. Cette formule tarifaire requiert un compteur bidirectionnel. Les prosumers doivent le financer eux-mêmes.

Bruxelles: des tarifs de réseau sur base de la consommation réelle

Le 1er janvier 2020, la Région bruxelloise a mis fin au principe du compteur inverseur, ce qui est mieux connu comme le ‘système de compensation’ dans notre capitale. Tous les prosumers doivent y disposer d’un compteur digital ou bidirectionnel. Cet appareil permet de lier directement les tarifs de réseau à la quantité d’électricité que les prosumers retirent du réseau. Selon le régulateur de l’énergie Brugel, ce mesurage basé sur les flux d’électricité réels contribue à une consommation énergétique rationnelle. Contrairement à la Flandre et à la Wallonie, le système de certificats d’énergie verte pour les petits consommateurs est encore toujours d’application à Bruxelles, quoique le nombre de certificats y soit systématiquement à la baisse.

La Flandre: du tarif prosumer au tarif sur base de la consommation réelle

Le tarif prosumer est la redevance annuelle que les propriétaires de panneaux solaires disposant d’un compteur inverseur paient depuis 2015 pour pouvoir utiliser le réseau de distribution. Sa principale raison d’existence? Auparavant, les consommateurs qui produisaient (une partie de) leur propre énergie, également appelés ‘prosumers’, ne contribuaient que peu ou pas du tout à l’utilisation du réseau, suite à quoi les autres utilisateurs du réseau devaient quasiment entièrement payer les frais. Un prélèvement annuel forfaitaire a donc mené à une répartition plus équitable de ces charges.

Lisez également: Les réductions accordées par les fournisseurs d’énergie dans la lutte concurrentielle.

La prime flamande

Pour ceux qui installeront des panneaux solaires après le 1er janvier 2021, un nouveau régime sera automatiquement appliqué. Les prosumers paieront des tarifs de réseau sur base de leur utilisation réelle du réseau d’électricité. Ce système les incitera à adapter au maximum leur consommation à la production d’énergie de leurs panneaux solaires. Dans ce cas, il vaudra, par exemple, la peine de démarrer votre machine à laver à un moment ensoleillé. Ceux qui installeront des panneaux solaires à partir de 2021, auront droit à une nouvelle prime flamande. Cette dernière s’élèvera à 300 euros par kilowatt-crête (kWc) pour les installations jusqu’à 4 kWc. Si la puissance est plus élevée, ce montant sera réduit: pour les kWc entre 4 et 6 kWc, il ne s’élèvera plus qu’à 150 euros par kWc, avec un montant maximal de 1.500 euros par installation.

Le régime transitoire touche à sa fin

Ceux qui installeront des panneaux solaires avant le 1er janvier 2021, pourront maintenir le système du compteur inverseur en combinaison avec le tarif prosumer durant 15 ans (après l’installation des panneaux solaires). Toutefois, vous devez vous dépêcher vu le nombre considérable de demandes reçues par les installateurs!

Une tendance générale vers l’autoconsommation

Il n’est pas question d’une approche uniforme entre les régions. Pourtant, en général, on peut parler d’une évolution vers une autoconsommation plus élevée. Dans le scénario idéal, les prosumers devraient utiliser une plus grande quantité de leur énergie auto-générée, au lieu de l’injecter dans le réseau.