Qu’en est-il des projets énergétiques de Decathlon?

Qu’en est-il des projets énergétiques de Decathlon?
  • 22.09.2021
  • Kurt Deman
  • 4 min

Au début de cette année-ci, Decathlon avait annoncé avec beaucoup d’enthousiasme qu’elle allait racheter le surplus d’électricité solaire de ses clients à partir du 1er juillet. Depuis lors, cette chaîne sportive n’a (presque) plus communiqué au sujet de cette intention. Monenergie.be a vérifié ce qu’il en est.

Développer ensemble avec les clients une communauté énergétique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Telle était l’intention que Decathlon avait annoncée au monde en janvier. Concrètement, la chaîne sportive allait racheter le surplus d’énergie solaire de ses clients, en échange d’une compensation avantageuse. Ainsi, Decathlon allait être le premier fournisseur non énergétique à payer un tarif d’injection aux particuliers. A cet effet, elle mise en premier lieu sur les propriétaires de panneaux solaires et de compteurs digitaux qui ne bénéficient plus du système du compteur inverseur.

Une phase de test auprès de quelques dizaines de prosumers

Bien que Decathlon n’ait plus communiqué au sujet de ces projets les derniers mois, le site Internet Zero Emission Sourcing a démontré qu’elle rachète bel et bien le surplus d’énergie solaire directement auprès des prosumers depuis le mois d’août. Joeri Moons, responsable du développement durable au sein de Decathlon, a confirmé ce qui suit: «En effet, nous avons commencé à racheter le surplus d’électricité de nos clients au mois d’août. Dans un premier temps, il s’agit d’une phase de test à petite échelle, centrée sur quelques dizaines de prosumers qui se sont présentés spontanément auprès de nous. D’ici la fin de l’année, nous voulons évaluer ce projet et vérifier comment nos clients ainsi que nous-mêmes vivons cette intention.»

0,045 euro par kilowattheure

Decathlon accorde à ses clients une compensation d’injection de 0,045 euro par kilowattheure. Pour une injection annuelle moyenne de 2.162 kWh, vous pouvez donc compter sur une compensation de 97,30 euros. Ainsi, elle se positionne face aux fournisseurs d’énergie classiques dans le segment intermédiaire. A titre de comparaison: Eneco accorde actuellement le tarif d’injection le plus élevé: 0,068 euro par kilowattheure. Pour la même quantité d’électricité excédentaire, ceci a résulté en une compensation de 147,02 euros.

Pas de contrat de consommation obligatoire

Bien entendu, la question est de savoir pourquoi les consommateurs devraient opter pour Decathlon en tant que partenaire énergétique. «Une différence considérable par rapport à la plupart des fournisseurs d’énergie: nous ne lions pas de contrat de consommation à notre contrat d’injection. Les clients peuvent donc librement choisir leur fournisseur pour leur consommation électrique. Par ailleurs, Decathlon fournit un meilleur aperçu de la situation énergétique. En effet, les clients fournissent de l’énergie à leur magasin de sport préféré et reçoivent du crédit sur leur carte client en échange.»

De son côté, via le tarif d’injection, Decathlon voit une opportunité d’investir encore plus dans l’énergie verte. «Nous produisons déjà une grande partie de notre électricité à partir des panneaux solaires installés sur les toitures de nos établissements. A l’aide de l’énergie de nos clients, nous voulons davantage augmenter ce pourcentage,» selon Joeri Moons.

A partir de l’année prochaine: les centres commerciaux et les mutualités

Dans le courant de l’année prochaine, plusieurs autres fournisseurs non énergétiques vous permettront revendre votre électricité excédentaire. Entre autres Wijnegem Shopping Center et Bond Moyson y participeront. Par ailleurs, plusieurs villes et communes ont prévu des initiatives pour leurs habitants.

Une vue d’ensemble

Monenergie.be vous permet de comparer les frais liés à votre consommation et les compensations pour votre surplus d’électricité générée auprès de plusieurs fournisseurs d’énergie. Ainsi, vous découvrirez quelle solution globale vous permettra d’économiser au maximum.